Psychologie : Le « Syndrome de Paris » fait une nouvelle victime

Psychologie : Le « Syndrome de Paris » fait une nouvelle victime

Le syndrome de Paris touche les Japonais mais pas uniquement…

Paris est la ville la plus visitée au monde, avec plus de 29 millions de touristes en 2013. Quand elle est le symbole de l’amour et de la romance pour certains touristes étrangers, elle est pour d’autres, ville de la mode et du stylisme.
Mais il faut admettre que l’amour et le romantisme priment considérablement sur la ville lumière. Symboliser son amour en accrochant un cadenas sur le pont des Arts, partager une légendaire et mythique glace Berthillon sur l’ile Saint-Louis, s’embrasser à Montmartre à la tombée de la nuit ou encore demander sa bien-aimée en mariage en haut de la Tour Eiffel, autant de rêves déjà réalisés pour certains ou planifiés pour des millions de touristes du monde entier.

 

Malheureusement, Paris, ne se résume pas à une image positive.

Le journaliste anglais Senya présente l’état psychologique dévastateur qui touche principalement les Japonais après avoir visité la capitale française.
Le syndrome de Paris (Pari shokogun) est un trouble psychologique transitoire rencontré par des japonais, en visite ou en vacances à Paris. Celui-ci viendrait de l’écart entre la réalité et leur vision idéalisée de la ville, comme le Château de Versailles de Louis XIV ou le Montparnasse des Années folles.

Parfois  également appelé le syndrome des Japonais puisque cette population est plus spécifiquement ciblée à Paris. L’idée préconçue de la capitale romantique comme dans Amélie Poulain vole en éclat dès qu’ils posent un pied dans un métro surchargé aux odeurs pas très commodes. Derrière leurs masques antipollution, ils sombrent assez souvent dans un mal-être qui peut aller jusqu’à la dépression. Aujourd’hui, certains guides touristiques prévoyants, déconseillent des quartiers de Paris qui ne correspondent pas au fantasme culturel des Japonais.

Les symptômes sont similaires à ceux de la dépression et dans les cas les plus rares, peuvent entraîner au suicide. Le syndrome de Paris n’est pas simplement un sévère choc culturel, c’est la raison pour laquelle il est très difficile de l’analyser.

Nervure, revue professionnelle des psychiatres en France, a répertorié le syndrome de Paris comme une exception, une chose à part.
Cet état touche principalement les étudiants étrangers et les Japonais qui s’installent dans la ville. On note différents symptômes à ce sujet, dépression, paranoïa, complexe de persécution, qui est une impression d’être pris pour cible ou d’être détesté par les Français.

 

Il est naturel de se sentir perdu voire même effrayé quand on quitte son pays pour s’installer dans un autre. Mais pourquoi Paris est une des principales grandes villes à traumatiser autant les touristes japonais ?

Le journaliste Senya a répertorié différentes causes comme le choc culturel entre la réalité et le Paris fantasmé des Japonais la barrière de la langue, un point faible de Paris qui ne cesse de gêner, la fatigue physique et le stress que génère Paris ou encore la différence de comportements, de cultures.

On sait que le Japon est connu pour ses gens doux, respectueux et bienveillants surtout quand il s’agit d’étrangers, ce qui contraste avec Paris où l’indifférence prime et la préoccupation des touristes est naturellement ignorée. Les touristes qui se perdent dans Paris ou dans le métro sont très souvent laissés pour compte.

tourisme-paris-metro

 

Le syndrome de Paris touche aussi désormais les touristes chinois

Selon l’office du Tourisme de Paris et la direction générale de la compétitivité de l’industrie et des services, le nombre de touristes chinois en France aurait augmenté de 23 % en 2013.
Corrélativement à ça, ils sont de plus en plus nombreux à revenir choqués et heurtés de leur séjour dans la capitale, eux-mêmes peu habitués à la délinquance et autant d’insécurité.

D’après un reportage sur la chaine Bloomberg News, le premier choc des touristes chinois au même titre que les touristes japonais, est d’ordre culturel. Ils sont particulièrement traumatisés par ces serveurs de bars désagréables, ne parlant que français et expéditifs de même que les rames de métro bondées qu’ils étaient à mille lieues d’imaginer comme cela.
Ils sont souvent victimes de pickpockets spécialisés dans le vol d’argent liquide ou de véritables hold-up ; des mesures policières ont spécifiquement été mises en place pour éradiquer ce phénomène.

Un étudiant shanghaien a récemment témoigné en disant que : « Je croyais que les villes d’Europe étaient très propres, mais j’ai trouvé Paris très sale, et ça n’a pas l’air de déranger les Français ».

L’Angleterre, la Chine, le Japon, le Brésil et bien d’autres pays parlent de ce syndrome… et ce n’est pas une bonne chose.
Des mesures correctives et efficaces doivent être mises en place si Paris et la France souhaitent garder ce titre de « champion du monde » du tourisme.