Les touristes brésiliens à Paris, les plus dépensiers

Les touristes brésiliens à Paris, les plus dépensiers

En 2014, le cabinet de conseil Abington Advisory a réalisé une étude sur le comportement des trois nationalités, qui représentent le plus fort potentiel de développement pour le tourisme en France : les Chinois, les Russes et les Brésiliens.

Chacune de ces nationalités a des préférences et des habitudes de consommation différentes lors de son voyage à Paris. Les Chinois, par exemple, vont dépenser la majeure partie de leur budget en shopping (sacs et horlogerie). Les Russes et les Brésiliens, quant à eux, privilégieront l’hébergement et la restauration et n’hésiteront pas à dépenser des sommes importantes pour les produits gastronomiques et le vin.

En matière de dépenses en shopping, pour les trois nationalités, les vêtements et la maroquinerie occupent la première place (51 %), suivis par les souvenirs (40 %) et les produits de beauté (38 %).

Selon Global Blue, premier détaxeur en France, les Chinois dépensent en moyenne 1 857 € par jour et par enseigne, les Russes 1 241 € et les Brésiliens 747 € (chiffres de 2014).

 

Mais en terme de budget global de voyage, qui dépense le plus parmi les trois nationalités ?

Ils ont l’habitude du service haut de gamme, ils privilégient le taxi et les VTC au métro, ils achètent par impulsion, adorent se faire chouchouter et n’hésitent pas à dépenser au-delà du budget prévu si le « serveur » ou la « conseillère » d’un point de vente sait leur parler de façon chaleureuse et très cordiale ! Oui, les touristes plus dépensiers en France sont bien les Brésiliens.

Dans 46 % des cas, le séjour dure de deux semaines à un mois pour un budget moyen de 6 150 €. 75 % des touristes brésiliens, quelle que soit la durée du séjour, consacrent entre 3 000 € et 10 000 € à leur voyage en France.

Argent brésilien, le Real

 

Que savoir d’autre à propos de cette clientèle ?

La France est la première destination européenne pour les Brésiliens, et parmi tous les touristes d’Amérique Latine, le Brésil est de loin le premier marché émetteur pour la France. Rien qu’en 2014, plus de 660 000 Brésiliens sont venus en France, dont 463 000 à Paris.

Ces touristes qui font partie de la classe moyenne émergente du Brésil se rendent majoritairement à Paris. Ils sont cependant de plus en plus nombreux à s’orienter vers le Bordelais et la Bourgogne, une tendance qui s’explique par leur passion croissante pour l’univers du vin.

Ils voyagent plutôt en individuel, en couple, avec des amis ou en famille, et n’hésitent pas à se faire aider sur place par des guides accompagnateurs et des agences réceptives.

Les lieux plus visités ? Ils aiment découvrir la culture et se rendront au Louvre, au Musée Rodin ou au Château de Versailles.

Au Brésil, un citoyen de la classe moyenne émergente peut se permettre d’avoir une femme de ménage, une baby-sitter et même, s‘il est un peu plus aisé, un chauffeur particulier. C’est donc une clientèle vraiment habituée à être servie, d’où l’importance accordée au service en toute circonstance, y compris en voyage.

 

Pour conclure, le Brésilien accueilli chaleureusement, traité avec beaucoup de cordialité et qui en plus aura le sentiment d’avoir fait une bonne affaire, est un touriste heureux qui reviendra très certainement dans les 3 ans. Lors de son prochain voyage en France, il sera fidèle aux enseignes qui auront su le dorloter. De même, il les recommandera avec passion à tout son cercle relationnel. Les marques françaises présentes au Brésil bénéficieront bien entendu de cette expérience positive, car un réel attachement à la marque aura été créé à Paris.

Nous rejoignons là tout l’enjeu d’une stratégie globale de ce formidable segment de marché que sont les touristes à Paris.