Les 3 segments de la clientèle asiatique en France

Les 3 segments de la clientèle asiatique en France

En France et notamment à Paris, la clientèle asiatique est omniprésente et ses différentes nationalités ne sont pas toujours faciles à distinguer pour les Européens. Il est cependant important de bien les discerner car elles ont toutes des caractéristiques spécifiques et ne peuvent pas être ciblées de la même manière.

Dans le monde, les chinois représentent la première source de “touristes sortants“. Ils sont donc aussi les voyageurs étrangers les plus nombreux en France. Mais la quantité ne fait pas tout, et les touristes japonais et coréens sont deux clientèles à fort pouvoir d’achat qu’il convient de soigner et de distinguer.

Pour toucher efficacement ces trois groupes de voyageurs, il faut d’abord connaître leurs spécificités.

 

Un point commun : le fantasme non concrétisé du voyage en France

Dans la liste de destinations favorites des voyageurs coréens, la France est classée première, mais en réalité, la France n’est même pas rentrée dans le top 10 des destinations les plus visitées.
De même pour les Japonais et les Chinois pour qui la France reste toujours dans le top 3 des destinations les plus désirées mais ne dépasse pas les 6ème ou 7ème rangs. Cela signifie que certains obstacles, comme le budget ou la longueur du trajet, dissuadent beaucoup de voyageurs de ces trois pays de venir en France.

 

Nombre et profil des visiteurs asiatiques par nationalité

D’après Atout France, environ 300 000 Sud-Coréens visitent la France chaque année générant près de 2 millions de nuitées. Pour la moitié de ces voyageurs, un voyage en Europe est un voyage « once in a life time ». Ils visitent donc l’Europe en traversant plusieurs pays, souvent la France, l’Allemagne et l’Espagne, entre mai et août pour la plupart.
Selon l’European Travel Commission Market insight, on distingue 2 types de voyageurs coréens : ceux de plus de 40 ans qui disposent déjà d’une base financière solide et ceux, plus jeunes, qui voyagent en groupe. La France, particulièrement Paris, attire plus de groupes de jeunes femmes coréennes que la plupart des autres destinations européennes.

Les Japonais constituent une clientèle fidèle de la France avec en moyenne 11,8 voyages en France. Selon l’étude de DGE et “Présentation du marché Japon Octobre 2012 Rendez-vous en France“, 800 000 voyageurs japonais sont venus en France en 2014 avec des pics d’arrivée en avril-mai, août-septembre et décembre-janvier.
Parmi ces voyageurs, 59,4% sont des femmes, majoritairement entre 18 et 29 ans ou plus de 50 ans. En France, la moitié de ces touristes voyagent en couple ou entre amis.

Enfin, en 2014, ce sont 1,7 millions de voyageurs chinois qui sont venus en France, avec également une recrudescence des touristes chinois à Paris en 2015. Si 20% sont des voyageurs indépendants, les voyageurs en groupes guidés par des agences touristiques représentent donc 80% des visiteurs. Ils visitent souvent plusieurs pays européens pendant le voyage, dont la France, l’Italie et la Suisse. Les voyageurs chinois indépendants, qui voyagent surtout entre juin et septembre, sont majoritairement des jeunes de 18-35 ans appartenant à la classe moyenne supérieure chinoise. Leur particularité ? Ils sont adeptes des voyages connectés.

 

 

Les sites touristiques les plus visités selon les nationalités

 

sites-touristiques-preferes

 

Particularités et pouvoir d’achat des visiteurs étrangers

Voyageurs coréens : une clientèle avec potentiel

La France et l’Italie sont les seuls pays européens où les voyageurs coréens aiment faire du shopping d’après l’European Travel Commission Market insight. Comme la Corée du Sud est elle-même un paradis du shopping pour les produits électroniques, le budget de shopping des Coréens est consacré principalement aux produits cosmétiques et de mode. Selon les données de Global Blue 2014, les touristes coréens ont représenté 9% de la détaxe parisienne avec une hausse de 59% par rapport d’année précédente. Un voyageur coréen dépense ainsi 448 € par enseigne et par jour. Il y a un véritable potentiel de croissance de ce budget et il est important pour les marques de garder en tête que les Coréens restent sensibles au prix tout en recherchant une certaine ostentation.

Voyageurs japonais : une clientèle “mature“

Les Japonais considèrent la France (et Paris) comme une destination shopping incontournable. Selon les données de Global Blue 2014, la dépense moyenne par enseigne et par jour est de 925€ par voyageur. Les voyageurs japonais ont représenté 5% de la détaxe parisienne avec cependant une baisse de 14% par rapport 2013. En observant la liste de shopping du voyageur japonais, on remarque que celui-ci ne recherche pas seulement les produits de luxe, comme les marques Hermès et Louis Vuitton, mais aussi des articles “créatifs“ et typiques de la France. Bien que les Japonais accordent un belle partie de leur budget au shopping, ils accordent aussi de l’importance à l’hébergement et la restauration.

Voyageur chinois : une clientèle enthousiaste

Le 15 avril 2015, trois Chinois dépensent à eux seuls plus de 116 000 € aux Galeries Lafayette de Nice. Ce n’est pas nouveau, les voyageurs chinois achètent des produits de luxe dans le monde entier et le chiffre d’affaire qu’ils génèrent leur vaut désormais le surnom de « walking wallet ». Les voyageurs chinois sont donc très friands de shopping y consacrent en moyenne 36% de leur budget total. Des dépenses souvent planifiées à l’avance avec des « shopping lists » pour eux comme pour leurs proches. Selon les données de Global Blue 2014, les visiteurs chinois dépensent en moyenne 1857€ par enseigne et par jour et leurs dépenses à Paris représentent 17% des transactions totales, soit 33% de plus qu’en 2013.

 

En conclusion, ces trois pays – la Corée du Sud, le Japon et la Chine – représentent trois ressources touristiques bien distinctes pour la France. Pour mieux capturer ces trois groupes de visiteurs, les approches doivent être adaptées aux caractéristiques de chacune. Maxity, spécialiste du marketing touristique de shopping, permet aux marques de se positionner précisément et d’attirer de manière différentiée ces 3 clientèles asiatiques.